Non classé

Trobades, en piste avec les enfants !

Le projet culturel construit avec des artistes autour du spectacle «Trobades», mis sur pied en partenariat avec la MJC, le conseil départemental, la municipalité et l’Association de parents d’élèves de l’école Jean-Boudou et la compagnie La Rampe-TIO, s’inscrit dans le parcours d’éducation artistique et culturelle du groupe scolaire Jean-Boudou qui est une école bilingue français-occitan. Des ateliers de création avec des passerelles entre les langues occitan-catalan sont programmés : ateliers familles de langue, ateliers création théâtrale, ateliers danse contemporaine, ateliers acrobaties et jonglage. La représentation scolaire du spectacle jeune public «Trobades» a eu lieu vendredi dernier, à l’espace d’animations de Luc. Un spectacle ouvert également aux autres écoles, l’école publique Jacques-Prévert, l’école privée Saint-Joseph de Luc, l’école publique Georges-Brassens de Baraqueville et l’école bilingue Jean-Monnet d’Espalion ont assisté à ce spectacle. Par la danse contemporaine, l’acrobatie, le théâtre d’ombres, le jeu burlesque, les cinq acteurs-danseurs-équilibristes de Trobades, tous forgés à une théâtralité corporelle puissante, ont offert une «mesclade» de formes et de moyens d’expression et transporté les jeunes spectateurs au confluent des identités culturelles et linguistiques de l’Euro Région, sur des rythmes et mélodies pétillantes, ludiques et originales. La complicité étant le sujet principal de la pièce. Complicité pour créer et partager des atmosphères fantaisistes propres à leur personnalité. Complicité pour dépasser les problèmes de communication et pour entrer dans un langage simple. Complicité pour ajuster leurs différences et ouvrir des espaces communs. Complicité pour jouer, entre liberté individuelle et curiosité de l’autre…

Ce spectacle vivant a été un temps de rencontre avec de nouveaux langages, qui ont surpris, étonné les 450 enfants. L’enjeu étant de provoquer l’imaginaire, d’éveiller la sensibilité, de stimuler l’esprit critique et de provoquer des émotions.

La Dépêche du Midi