Peire Petit

Presentacion

Affiche Spectacle PEIRE PETIT« C’est de naissance que je suis comme ça, c’est pas un accident. Ma mère, elle coupait de l’herbe à la faucille : elle a vu une vipère, elle a eu peur. Alors je suis remonté. Je suis né un mois plus tôt, c’est pour ça que je ne suis pas fini. »

Le projet

D’après « Petit Pierre » une pièce de Suzanne Lebeau et « Le Manège de Petit Pierre » de Michel Piquemal, traduit en occitan par Sèrgi Carles.
Gilles Buonomo découvre la version occitane « Lo manetge de Pichòt Pèire » : de là va naître l’envie d’adapter ce texte pour le théâtre ! Nous sommes en présence d’un long poème qui s’écoute, un monologue conté à deux voix où se mêlent la grande histoire et la petite histoire : Pierre Avezard, dit « Petit Pierre » face au monde qui s’emballe : les guerres, les crises, la modernité …

Pierre Avezard, notre « Pèire Petit »

Sourd-muet et borgne de naissance Pierre Avezard exerce des activités de vacher et de bûcheron dans des fermes dans le Loiret. Dès 1947 (à 28 ans), il commença la réalisation de son oeuvre la plus connue, le « manège de Petit Pierre » à la Coinche, la ferme où il s’installe définitivement. Yankel dans ses chroniques artistiques le décrit ainsi : «…On peut rêver ce personnage hors du commun, mis sur la touche par la société à cause de sa face de carême, son infirmité de sourd et muet. Il a remplacé l’amour qu’il n’a pas eu par l’amour qu’il a donné. »

Scénographie

C’est cette vie que les deux comédiens narrent sur scène : celle d’un enfant puis d’un homme «différent». Ils racontent cette vie comme un conte naïf et donc par moments cruel. Au fur et à mesure du récit, s’aménage et se transforme un dispositif scénique fait de tôles ondulées. Certaines de ces tôles, en fond de scène, deviennent surfaces de projection vidéo, sur lesquelles viennent s’inscrire les traces de la « grande » Histoire. Comme Pèire Petit bricolait ses bouts de métal, Gilles et Yves les dessinent, les plient, les découpent pour en faire sortir des silhouettes de personnages. Le travail du décorateur accessoiriste a consisté à élaborer des petits objets découpés (vaches, herbes, fleurs, avions, cyclistes, poules…), pour qu’ils soient posés ou aimantés avant que toutes ces silhouettes métalliques ne se rejoignent dans le ballet final du monde féérique de Pèire Petit. Tous ces éléments disparates constituent un manège bricolé et animé, comme la mémoire d’un siècle au mouvement incessant, comme la vie, la poésie d’un vacher difforme et très attachant, comme une valse sans fin…

Pistes pédagogiques

Autour du spectacle “Pèire Petit”, différents thèmes sont abordés, notamment par une mise en pratique pluridisciplinaire et transversale. Ce spectacle est un point de départ : s’interroger en s’amusant et s’impliquer individuellement et collectivement. Les thèmes et notions abordés par l’incroyable histoire de “Pèire Petit”, aident à grandir, à s’épanouir, à mieux vivre ensemble : la différence, la tolérance, l’ouvrage artistique (art brut, art des simples, recyclage…), les contextes historiques et géographiques (les 2 guerres mondiales, la naissance de la société de consommation, l’industrialisation…) , l’ingénierie mécanique…

En savoir + : www.fabuloserie.com
Encore + : https://lartbrutetleslieuxinsolitesdesgrigris.blogspot.fr
Encore ++ : https://www.youtube.com/watch?v=uGV7LKjC2KQ

Distribution

  • Conception, adaptation du spectacle : Gilles Buonomo et Yves Durand
  • Jeu : Gilles Buonomo et Yves Durand
  • Direction d’acteurs : Jean-Lou Roqueplan
  • Composition musicale : Emmanuel Valeur
  • Marionnette : Jérémie Wagner
  • Costumes : Suan Czepczynsky
  • Accessoires : Jean Michel Halbin
  • Visuel, vidéo : Fabrice Favel

Dossier pédagogiqueTeaserVidéo 1Vidéo 2Vidéo 3Vidéo 4Vidéo 5